PROJET GUAYACAN

Le Gaïac (Guaiacum sanctum L.), appelé "Guayacan" au Nicaragua, est un arbre de la forêt tropicale sèche, présent dans le sud de la Floride, l’est du Mexique, l’Amérique Centrale, le nord de l’Amérique du Sud et les Antilles. Il pousse à basse altitude (de 5 m à 200 m), sous des climats secs à semi-arides (précipitations annuelles inférieures à 1 500 mm).

C’est un arbre de taille moyenne (max. 20 m de haut et 80 cm de diamètre), de couronne dense et arrondie, avec des inflorescences bleues. L’écorce du jeune arbre est épaisse, liégeuse, douce et de couleur blanche ou jaune. Chez l’arbre adulte, l’écorce est dure comme la pierre, de couleur gris clair avec une apparence de ciment et s’exfolie en grandes plaques. Le bois du gaïac est très dense, durable et lourd, d’où la difficulté de le travailler. L’aubier est de couleur jaune et le bois de cœur varie de gris-olive à vert ou presque noir.

Le bois possède un liquide huileux vert et translucide aux propriétés lubrifiantes et médicinales. Cette huile, connue comme gaïacol, a été exploitée pendant des siècles pour diverses applications, comme la fabrication de pièces qui requièrent d’une lubrification constante (essieux de navires, poulies, etc.) ou l’élaboration de médicaments, entre autres, un fameux remède contre la syphilis.

Ces utilisations expliquent en grande partie pourquoi le gaïac a été coupé massivement au cours des siècles passés. Actuellement, le gaïac est une espèce en voie de disparition, d’une part à cause de la surexploitation passée, d’autre part du fait de sa croissance très lente et de sa faible régénération naturelle. Il est inscrit dans la liste des espèces menacées (Convention de Washington, Annexe II). Des programmes de recherche et de protection sont nécessaires de façon urgente.

Notre projet Guayacan consiste à réintroduire le gaïac dans son environnement naturel. Il inclut la mise en place de pépinières et la reforestation dans plusieurs zones du pays, ainsi que la sensibilisation de la population.

Nous demandons aux personnes qui ont un arbre de gaïac près de chez eux, de le protéger et d’essayer de le multiplier. La germination des graines de gaïac ne se produit qu’après plusieurs mois, ce qui peut décourager les efforts de reproduction. Une méthode de multiplication plus facile consiste à recueillir les jeunes plants qui apparaissent au pied des arbres adultes pour les mettre en pépinière, puis les transplanter après un à deux ans quand ils auront atteint une hauteur suffisante. On peut aussi en faire une plante en pot à la floraison et au feuillage attractifs, ou même le transformer en bonzaï.

Il existe d’autres projets de sauvegarde du gaïac, comme celui de Puerto Soley au Costa Rica.


 

 

 

 

 

Guayacan Export S.A., Managua, Nicaragua
Tel: (+505) 88102156 - Email: av@guayacanexport.com
Web design: TIO ZANATE - www.tiozanate.com - Copyright 2011-2016